Février 2018, les hypokhâgneux à Prague


Praga mater urbium (Prague, mère de toutes les villes)

C’est à l’aube du 9 février 2018 que nous, élèves de la classe d’hypokhâgne du lycée La Perverie, avons pris la direction de l’aéroport de Nantes pour nous envoler vers Prague. Nous n’étions alors qu’un groupe à l’allure zombiesque, les yeux à peine entrouverts, les mâchoires décrochées de fatigue, mais à l’envie débordante de découvrir cette ville et animés par l’excitation de se retrouver ensemble pour une expérience inédite.  Après avoir survécu aux traditionnelles péripéties de retards et de pertes de valises, tels des aventuriers déterminés à combattre chaque obstacle pour atteindre le Graal, nous avons finalement embarqué, sains et saufs, le cœur débordant d’allégresse. 

Prague nous a accueillis de son ciel gris et de son vent froid qui n’ont pourtant pas réussi à nous refroidir. Nous avons donc bravement arpenté les rues pavées de la ville et il nous a fallu peu de temps pour prendre nos aises dans l’auberge de jeunesse qui allait nous accueillir durant tout notre périple avant de partir en exploration au cœur de la ville. La Capitale s’est trouvée être un endroit chaleureux, atypique, à l’architecture impressionnante et aux spécialités dépaysantes. Nombreux sont ceux qui sont devenus adeptes du fameux Trodl. Nous avons débuté notre flot d’activités par un tour de la ville où nous avons pu nous familiariser avec le centre et son histoire. Battus par la fatigue mais loin d’être abattus nous avons terminé cette première journée dans le restaurant du Kolkovna qui allait nous accueillir pour diner chaque soir de la semaine et voir défiler une farandole de plats expérimentaux tel que l’incontournable Goulash

Nous nous sommes donc plongés chaque jour dans les différents aspects de Prague guidés par nos professeurs au savoir apprécié et indispensable.  Armés de gants, bonnets et écharpes nous avons combattu le froid et réchauffé nos cœurs par la beauté de nos découvertes. Nous avons ainsi parcouru le quartier du château et plongé dans l’aspect historique de cette partie de la ville. Nous avons été impressionnés par la majestuosité et l’architecture atypique de la Villa Müller. Le quartier juif a su nous émouvoir par son atmosphère chargée d’histoire tout comme ses synagogues et son imposant cimetière à l’aspect original. Nous avons aussi découvert l’impressionnant Clementinum ainsi que les nombreuses ambassades de la ville. Notre professeur d’histoire des arts, Mme Cardin nous a fait l’honneur d’une présentation des différents types d’architecture qui constituaient la ville lors d’une grande visite. Nous avons été submergés par la spiritualité et la beauté du couvent Sainte Agnès et largement inspirés par son atelier dessin, peinture et calligraphie qui a su révéler des talents insoupçonnés. Les plus artistes d’entre nous ont été comblés par les différents musées que nous avons eu la chance de découvrir tels que la maison du cubisme. 

Nous avons pris le chemin du retour sous la neige et nous avons quitté Prague sous son manteau blanc de la même façon que nous l’avions gagné, les esprits encore endormis mais les cœurs pleinement réjouis. Notre périple n’a su échapper aux traditionnels mais inoffensifs accros et nous avons tous été enchantés de ce voyage. Nous en sommes sortis plus soudés encore, des souvenirs plein la tête et des étoiles plein les yeux. Nous ne saurions suffisamment remercier nos professeurs, Mme Cardin, Mme Dandrey et M. Mathieu pour nous avoir accordé leur patience, leur bienveillance et pour nous avoir instruits sur cette magnifique ville qu’est Prague, la ville aux cent clochers.  

Lise Cloix, CPGE1 2017-18